Le système de retraite français n’est pas toujours simple à appréhender. En fonction des secteurs d’activité et des métiers, il peut exister des disparités assez importantes. Mieux vaut s’y prendre un peu tôt pour préparer sa retraite et se constituer un complément de pension. Les doutes sur les niveaux d’indemnisation et les réformes successives incitent à se forger un patrimoine sûr. Epargner dès que l’on peut est le premier acte à réaliser.

Mais investir dans l’immobilier peut s’avérer particulièrement intéressant. En effet, même si cela nécessite un investissement financier important, être propriétaire de son logement est rassurant et rentable.

Avoir un revenu complémentaire avec l’immobilier

L’achat de sa résidence principale permettra d’avoir un toit au moment où la retraite arrive. Car la fin de la vie active entraîne forcément une baisse de ses revenus. Et la place qu’occupe le budget logement dans le budget total d’une famille est importante. Il est conseillé, dans la mesure du possible, de s’y prendre assez tôt lorsque l’on est encore en activité, de manière à ne plus avoir d’emprunt à rembourser au moment de la retraite.

Si l’on a pu se constituer une épargne-retraite, comme avec une assurance vie, il est alors envisageable d’investir dans l’immobilier locatif. Certaines mesures fiscales incitatives ont été mises en place afin de soutenir l’investissement locatif privé, par des réductions d’impôts notamment (ex. Loi Scellier). Etre propriétaire de son logement principal et avoir un autre bien en location permet de disposer d’un revenu complémentaire à sa retraite.

Une autre alternative peut être la location d’une partie de son habitation. Il faut pour cela, naturellement, disposer d’une superficie suffisante qui le permette. Cela peut concerner une chambre ou bien une dépendance. Et le revenu généré peut représenter plusieurs centaines d’euros mensuellement. Il faut savoir que les revenus locatifs peuvent être exonérés d’impôts à 2 conditions :

  • la partie louée doit constituer la résidence principale du locataire
  • certains plafonds de loyers doivent être respectés

Enfin, le viager peut être une autre solution à envisager pour les retraités. Ils peuvent ainsi mettre en vente leur habitation principale tout en continuant à l’occuper. Un premier versement est effectué dès la signature du contrat, puis des rentes viagères sont effectuées régulièrement jusqu’au décès du vendeur.

Investir dans l’immobilier sur l’Île Maurice.

Les atouts de l’Île Maurice

Envisager de passer sa retraite au soleil de l’Île Maurice peut être tout-à-fait envisageable, grâce aux nombreux avantages que propose l’île. Tout d’abord, le cadre de vie est un atout certain. L’île possède un climat tropical propice à une vie à l’année, avec peu d’écarts de température. Ses grandes plages de sable fin avec palmiers, ses reliefs variés (l’île est d’origine volcanique), sa végétation luxuriante, sont d’autres attraits indéniables. Par ailleurs, la population mauricienne est multiculturelle, multilingue, ouverte à l’international et réputée pour son accueil. Un autre aspect positif de l’Île Maurice est la stabilité de son système politique qui a été un facteur de son développement économique. Le gouvernement mauricien a, de plus, mis en place des dispositifs fiscaux intéressants pour les étrangers. Et le coût de la vie est moins élevé qu’en France, pour les dépenses de base et quotidiennes. Ce point n’est pas à négliger lorsqu’une baisse de ses revenus se produit au moment du passage à la retraite.

Immobilier et fiscalité à Maurice

Investir dans l’immobilier sur l’Île Maurice est à la portée de tout le monde. Le marché immobilier est actif et les offres immobilières nombreuses. Le prix de l’immobilier est, quant à lui, inférieur à celui de la France. Un programme particulier, le Property Development Scheme (PDS) a été créé afin de faciliter et simplifier l’acquisition d’un bien immobilier dans le pays par les investisseurs étrangers. En effet, ceux-ci peuvent acheter un appartement ou une villa d’une valeur minimum de 150 000 euros. Un permis de résidence sera automatiquement attribué à l’acheteur et sa famille si le bien acquis atteint au minimum 500 000 USD.

De plus, une fiscalité avantageuse incite les étrangers, en majorité les Français, à s’expatrier à Maurice. Un taux d’imposition unique (15 %) s’applique sur les revenus (salaires, pensions, revenus locatifs…). Un acheteur étranger peut devenir résident fiscal sur l’Île Maurice s’il passe au minimum 183 jours par an sur le territoire mauricien. Il doit également être en possession d’un permis de résidence. Dans ce cas, en tant que résident fiscal, il ne sera pas soumis à la double imposition grâce à une convention établie entre la France et l’état mauricien. D’autres avantages fiscaux sont à prendre en considération : pas de taxe d’habitation, pas de droits de succession, pas d’impôt sur les plus-values en cas de revente.

 

L’Île Maurice peut donc être une destination idéale pour passer une retraite agréable et tranquille, dans un cadre paradisiaque. Que ce soit dans un logement sur le front de mer, une villa de luxe les pieds dans l’eau turquoise, ou encore un appartement haut de gamme avec vue sur mer dans un quartier résidentiel, l’offre est large ! L’essentiel est d’anticiper son départ en retraite en investissant

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *